Bienvenue en Russie avec LE TRIOMPHE DU COEUR !

« LE TRIOMPHE DU CŒUR » est une Oeuvre non gouvernementale Chrétienne, pour l'unité et la réconciliation en aidant les plus pauvres et les plus démunis. Tournée initialement vers les pays de l'Est Européen, elle s'adresse actuellement à toutes sortes de pauvretés. Elle s’est jumelée en 2011 avec "Le Monastère Invisible Notre Dame de Fatima" qui œuvrait dans le même objectif. 


« LE TRIOMPHE DU CŒUR » est dirigée en France par Sœur Tamara, consacrée française, qui travaille en collaboration avec le père Rolf Schönberger, prêtre suisse,  président-fondateur de l’Association.

 
La foi et les œuvres

Nous voulons être à l’écoute et nous laisser conduire sur les chemins où le Seigneur nous mène. C’est ainsi qu’a été lancé, en 2000  pour l'année jubilaire, au retour du périple des reliques de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus en Russie [1] : « Une année de messes continuelles pour la guérison de la mémoire en Russie, Sibérie, Kazakhstan. » Les messes dites en Russie par les missionnaires sont offertes aux intentions de leur propre mission et à celle des âmes du purgatoire. Les honoraires  des messes leur sont versés. Les évêques de Russie ont fait appel à nous pour continuer cette opération qui est une aide très concrète pour leurs missionnaires.
 
Les promesses de Fatima
La Sainte Vierge tient une place très particulière en Russie, elle est très vénérée particulièrement à travers les icônes. Cet immense pays, qui couvre un cinquième des terres émergées, est le lieu de la promesse du Triomphe de Son Cœur Immaculé (1). Marie est notre chemin pour vivre l’unité selon les désirs de saint Jean Paul II pour ce nouveau millénaire : « Travailler à l’unité à travers les pauvres et les petits par la communion des cœurs pour préparer le retour de Jésus dans sa Gloire.»
 
Le Triomphe du Cœur Immaculé de Marie s’établit à travers vous tous qui priez, souffrez, offrez selon la grâce de chacun en communion dans le corps mystique du Christ. La Sainte Vierge triomphe les pieds nus, les mains nues et le cœur transpercé d’amour pour son Fils et pour nous. Transpercé par la soif de Jésus sur la Croix, son cœur ne peut être en paix si elle ne puise dans nos cœurs cette eau pour l’offrir à son Fils. Marie au pied de la Croix recueille le sang de son Fils pour le répandre sur l’humanité. Elle est mendiante de notre amour, et de toutes nos petites offrandes car elle les transforme en amour. C’est ce que la petite Thérèse a compris et que nous expérimentons particulièrement en ces derniers temps où Marie se fait de plus en plus présente.
 
Mère Teresa, la pauvreté
Mère Teresa disait : « La première pauvreté des peuples est de ne pas connaître le Christ. Les gens ont faim de Dieu. Les gens ont soif d'amour. En sommes-nous conscients ? Le savons-nous ? Le voyons-nous ? Avons-nous des yeux pour le voir ? Nous devons ouvrir les yeux et voir ». Faisant ainsi écho aux exhortations incessantes de notre pape François.
 
« Face aux besoins du monde, nous sommes une goutte d'eau dans l’océan disait-elle mais elle manquerait si elle n’était pas et nous pouvons faire un bien énorme ». Cette réflexion dicte notre attitude.
Nous sommes pauvres et n’avons rien d’autre à apporter que nous-mêmes. Anawim, les mains nues, les pieds nus mais le cœur transpercé d’amour pour nos frères et débordants de la joie de la Résurrection... car « nous connaissons la fin de l’histoire et que la victoire est assurée ». C’est ainsi que nous voulons nous faire les serviteurs de nos maîtres les pauvres.
Nous pourrons puiser abondamment à ces sources spirituelles en demandant à Mère Teresa de nous conduire sur le chemin de sa pauvreté évangélique, de sa Charité auprès des plus démunis, de sa soif des âmes, de son amour de la Sainte Vierge qui nous a promis à Fatima :

« A LA FIN, MON CŒUR IMMACULE TRIOMPHERA... »
​(1) : La Vierge a dit à soeur Lucie vers la fin de sa vie : "Ma Russie c'est le monde entier"...